MAGNIFIQUE CANNAGE!



De nature à rechercher l’information qui m’intéresse et à creuser le sujet pour toujours en savoir plus.

Très utile dans mon métier de décoratrice d’intérieur, toujours avoir la curiosité de ce qui m’entoure.

Aujourd’hui, j’aimerais vous faire partager un article sur le cannage que j’affectionne particulièrement car il me rappelle mon enfance.


Le cannage est une technique de tressage réaliser à l’aide d’une fibre végétale, le rotin issue d’une plante sauvage appartenant à la famille des palmiers grimpants, plus communément appelé le jonc d’Inde.

Un peu de technique…


Cette technique de tressage de cannes de rotin a été destinée à confectionner l’assise, le dossier ou les joues d’un siège.

Ce savoir-faire ancestral est utilisé dans la restauration et la rénovation de sièges anciens ou contemporains.

Il existe différentes techniques du cannage, le cannage traversé à 6 brins : fait à la main, brin par brin ; le cannage chevillé collé : chaque brin est coupé à la dimension, puis chaque brin est ensuite fixé dans chaque trou, collés et maintenus par des chevilles en laiton ; et pour terminer, le cannage mécanique, dit « industriel » : pour des sièges contemporains fabriqués en série. Le cannage est réalisé sur des métiers à tisser et se présente sous la forme de rouleaux.


Un peu d’histoire...


Au XVIIe siècle, les Hollandais et les Anglais importent en Europe le rotin.

L’apparition en France du cannage remonte au règne de Louis XIV (1661 -1715), avec quelques sièges qui font parti des éléments de décor.

Mais c’est sous la Régence (1715- 1723) que ce style de mobilier plus léger, confortable et élégant, est particulièrement apprécié.



Le bois massif en hêtre ou noyer , qui compose la structure du siège avec présence ou non d’entretoises, est sculpté de motifs végétaux et de fleurs, les pieds sont cambrés, le support d’accotoir également sculpté est en retrait. Le cannage est présent sur le dossier et l’assise, ce qui rend l’ensemble, moins imposant et laisse passer la lumière par transparence.


détail du fauteuil Louis XV

A la Révolution, l’importation du rotin est impossible. Il faudra attendre le règne de Louis-Philippe (1825-1845) pour revoir du mobilier canné.









A la Belle Epoque (1896-1914), la chaise cannée devient populaire grâce à Michaël Thonet qui après plusieurs années d’expérimentation, réalisa une prouesse en cintrant le bois massif à la fin des années 1850 et créa la chaise N°14.

Une chaise de bistrot qui est un produit industriel l’un des plus célèbres de tous les temps.

Michaël Thonet avait crée cette chaise à la forme épurée pour faciliter sa production en grande série. En 1930, 50 millions d’exemplaires avaient été vendus dans le monde entier.


Chaise N°14 de Michaël Thonet - 1859

Aujourd’hui, nous retrouvons le cannage dans le mobilier contemporain avec ces magnifique canapé et fauteuil de chez RedEdition, dont les lignes simples, aux proportions élégantes, au style chic et contemporain, se marient aussi bien dans des intérieurs modernes que classiques.

C’est une belle façon de revisiter le cannage et de le perdurer dans nos intérieurs pour mieux les embellir !





22 vues

© 2020  crée par Daphnée Viard

Maison Daphnée Viard - Agence d'architecture d'intérieur et de décoration pour les professionnels et les résidentiels

 73, rue des prairies - 75020 Paris - Téléphone: 06-63-06-28-05